Créé en 1951 par Robert Proton de la Chapelle, le Centre Rotarien de la Jeunesse a pour devise : « Connaître pour Aimer ».

Le CRJ a pour but et pour mission :

  • De mettre en contact des jeunes de différents pays pour leur permettre de mieux se connaître et se comprendre
  • De leur donner un maximum de chances pour un départ favorable dans la vie

 

Il s’agit d’une association des districts français et francophones. Elle est administrée par un conseil d’administration composé des membres du bureau et de deux gouverneurs en exercice.

Le CRJ travaille en liaison étroite avec les gouverneurs en exercice ou leurs représentants, principalement les responsables jeunesse des districts ou des clubs (YEO). Mais il est aussi à la disposition de tous les Rotariens de nos districts adhérents pour tout renseignement. Il est également en relation permanente avec le réseau des délégués correspondants des pays du monde rotarien.

Les ressources proviennent :

  • des districts (cotisation par rotarien)
  • des familles (frais d’inscription par dossier pour les Echanges familiaux et les Rencontres Internationales à l’étranger)

 

Le CRJ utilise une rubrique dans la revue mensuelle « le Rotarien », des circulaires d’information de couleur jaune intitulées « Bulletins de liaison » adressées régulièrement aux gouverneurs en exercice, aux gouverneurs nommés, aux présidents des Rotary Clubs, aux responsables des Echanges scolaires d’un an dans chaque District et aux responsables jeunesse des Rotary Club quand ils se font connaître au CRJ.

Les activités sont :

  1. Echanges familiaux d’été : leur but est de faire connaître aux jeunes de nouveaux pays, modes de vie et cultures différentes pour ainsi promouvoir la compréhension et l’amitié internationale
  2. Rencontres internationales d’été : leur objet est de favoriser des échanges d’idées entre les jeunes et de confronter des points de vue différents
  3. Echanges scolaires d’un an : c’est une des plus belles formules d’échanges de jeunes qui croît régulièrement dans bon nombre de districts ; ces échanges sont une méthode éducative permettant d’acquérir des connaissances variées sur le pays d’accueil, ses habitants, les habitudes de vie, … Ce n’est pas un moyen de poursuivre des études
  4. Bourses Georgia : ces bourses s’inscrivent dans un plan de formation professionnelle de haut niveau avec, en parallèle, la volonté de découverte d’un autre mode de vie et d’habitudes